Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

BP investit en Azerbaïdjan avec le consortium Shaz Deniz





Le 18 Décembre 2013, par

Le projet du consortium Shaz Deniz dont fait partie BP mais aussi Total devrait permettre de redessiner la carte énergétique de l’Europe. Les investissements pour le mener à bien sont plus que conséquent puisque l’on parle d’un projet au coût estimé de 20,5 milliards d’euros permettant l’exploitation et l’acheminement d’hydrocarbures depuis la mer Caspienne.


cc/flickr/HatM
cc/flickr/HatM
BP, partenaire du projet à hauteur de 28,8%, Total (10%) et Socar, compagnie azerbaïdjanaise qui participe à hauteur 16,7% et les autres membres du consortium Shah Deniz veulent exploiter le gisement d’hydrocarbures de Shah Deniz 2 qui se situe dans la mer Caspienne. Mais le but de ce consortium est aussi d’acheminer les hydrocarbures dans les nouveaux gazoducs Tanap et Tap ce qui devrait permettre à l’Europe de s’émanciper de l’emprise de Gazprom.

Les deux nouveaux gazoducs devraient, selon le projet, relier l’Azerbaïdjan à l’Italie en passant pas la Géorgie, la Turquie, la Grèce et l’Albanie le long d’un trajet de près de 3 500 kilomètres. Ils devraient être la première alternative à l’opérateur russe et sont prévus pour entrer en service en 2018. Une solution qui permettra de palier le non avancement du projet Nabucco qui semble avoir été abandonné.

Rovnag Abdullayev, patron de la compagnie Socar, a déclaré que « le projet Deniz 2 va nous permettre de désenclaver les ressources gazières gigantesques » de l’Azerbaïdjan. Chaque année, près de 16 milliards de mètres cubes de gaz (ce qui représente 40% de la consommation annuelle de la France) devraient transiter par le nouveau gazoduc. 6 milliards de mètres cubes de gaz devraient être vendus à la Turquie.

Mais de son côté Gazprom continue de faire avancer son propre projet de nouveau Gazoduc, estimé à 16 milliards d’euros, dont la portée devrait être de 60 milliards de mètres cubes. Le projet, baptisé South Stream, a toutefois été remis en cause par la Commission européenne puisqu’une compagnie pétrolière n’a pas le droit d’être en même temps opérateur d'un gazoduc et fournisseur monopolistique du gaz qui y transite.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook