Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Baisse en trompe-l'oeil du chômage en octobre





Le 29 Novembre 2013, par

20 000 chômeurs de moins, soit 0,6 % de baisse : une bonne nouvelle en apparence, mais qui cache une toute autre réalité. Car aujourd'hui, les chiffres du chômage sur lesquels les gouvernements communiquent sont ceux des "chômeurs à temps plein", ceux qui sont 100 % au chômage. Sont exclus des statistiques dont on se goberge les chômeurs à temps partiel, ou plutôt, les travailleurs à temps partiel qui ne peuvent en vivre, et touchent de Pôle Emploi un complément de revenu, quand ils ont encore des droits au chômage. C'est autorisé, en dessous d'un certain nombre d'heures par mois (70, soit deux semaines à 35 heures) et limité à douze mois.


Or, c'est là que le bât blesse. Au mois d'octobre, le nombre de chômeurs de catégories B et C, qui travaillent à temps partiel ont eux augmenté de 3,7 et 4 %. Si l'on cumule les chiffres des catégories A, B et C, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi, y compris ceux qui ont une petite activité à côté de leur chômage, a encore augmenté de 40 000 soit + 0,8 % ou encore 5 181 500 chômeurs.

Plus inquiétant encore, les radiations administratives explosent depuis un an, en hausse de 33 % par rapport à la même période de 12 mois sur 2011-2012. Rien qu'en octobre 2013, les radiations administratives sont en hausse de 25,8 % par rapport à octobre 2012. On ne s'étendra pas enfin sur la baisse du chômage des jeunes, réelle depuis plus de six mois maintenant, mais qui s'explique à 90 % par l'impact des… 80 000 emplois d'avenir qui leur sont réservés. Pour le reste, les jeunes, constatant que le marché du travail est sinistré, ne s'inscrivent même plus à Pôle Emploi (et n'entrent donc pas dans les statistiques) ou renouvelent leurs études pour un an de plus en attendant que cela passe ou encore, pour ceux qui peuvent partent à l'étranger tenter leur chance.


Dernier coup de massue, qui ne réjouit nullement l'auteur de cet article mais est malheureusement une réalité incontestable : le mois d'octobre est historiquement "pollué" par le travail saisonnier. La France étant encore une nation viticole, disputant à l'Italie la première place de producteur de vin, les chiffres du chômage des mois de rentrée sont faussés par les vendangeurs, du moins ceux qui sont encore déclarés. Pour le seul département de la Côte d'Or, où se récoltent donc une part significative des grands crus de Bourgogne, le chômage a baissé de…. 8,6 % au mois d'octobre. Tous les départements où l'on produit du vin affichent des taux de chômage en baisse significative en octobre, supérieure à 5 points. Cela va-t-il durer ? Que nenni. Mais en attendant, en octobre, le taux de chômage a donc artificiellement baissé.


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook