Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bilan mitigé pour les sanctions aux chômeurs





Le 13 Décembre 2013, par

La Dares a mené une étude sur l’impact des sanctions pour les chômeurs dans le cadre de leur recherche d’emploi. Ces mesures, qui sont apparues en Europe et aux Etats-Unis dans les années 1970 – 1980 ont un effet positif sur le retour à l’emploi mais aussi un effet négatif sur la stabilité et le salaire des emplois ainsi trouvés.


cc/flickr/brunolaon
cc/flickr/brunolaon
Pôle Emploi en France et les autres agences en charge du suivi des chômeurs et de leurs dossiers administratif dans le monde ont divers moyens pour vérifier que les chômeurs en question, surtout ceux qui touchent des indemnités, ont effectivement recherché un emploi de manière constante et efficace. En cas de faute, elles peuvent décider de sanctionner les demandeurs.

Cette pratique n’a toutefois pas que des points positifs. Si en règle générale elle permet effectivement de trouver un emploi plus rapidement, comme en attestent les études menées dans en Belgique qui pont montré que « la menace d'un contrôle augmente la probabilité d'emploi des travailleurs les plus employables de 27,5% à 39% », cela est contrebalancé par la qualité de l’emploi trouvé.

En effet, les sanctions monétaires qui peuvent être infligées aux demandeurs d’emploi dans certains pays entraînent l’acceptation d’emplois moins stables et moins bien payés. C’est ce qu’a montré une étude suédoise : le demandeur a 15% de chances de plus d’accepter un emploi à temps partiels et, en moyenne, les salaires sont 4% plus bas dans le nouveau travail que dans l’ancien.

Cela s’explique aussi par la typologie des personnes sur lesquelles ces sanctions sont les plus efficaces : les femmes sont les plus concernées et les sanctions permettent une augmentation du taux de sortie de chômage de 47%. De même, les hommes mariés sont plus réceptifs que les hommes sans enfants.

Toutefois, les études menées au Royaume-Uni ont également montré que ces sanctions ne sont efficaces que sur les personnes les plus « employables » mais que sur les demandeurs ayant des problèmes personnels sérieux les sanctions n’ont « pas eu d’impact sur l’intensité de leurs recherches. »


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook