Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bouygues Telecom en bonne position pour acquérir SFR





Le 5 Mars 2014, par

Le secteur des télécoms est en pleine ébullition : le groupe Vivendi veut vendre sa filiale SFR dans le cadre de sa réorganisation autour du secteur des médias. Et deux candidats se sont fait connaître pour la racheter : Numericable et Bouygues Telecom. Chacun a des points forts et des points faibles, mais Bouygues serait en meilleure position auprès du gouvernement.


cc/flickr/giiks
cc/flickr/giiks
Numericable a été le premier opérateur à vouloir racheter SFR. Un projet qui est dans les cordes de Patrick Drahi, son propriétaire, depuis des mois. Plusieurs tentatives en ce sens avaient déjà été faites, mais sans succès jusqu’à présent, notamment parce que Vivendi n’était pas encore certain de vouloir revendre l’opérateur.

Mardi 4 mars 2014, Fleur Pellerin, Arnaud Montebourg et le cabinet de Jean-Marc Ayrault ont d’ailleurs reçu Patrick Drahi pour qu’il présente son projet de fusion qui a l’avantage de ne pas créer de problèmes de concurrence, Numericable étant absent du secteur de la téléphonie mobile à part pour un contrat d’itinérance avec Bouygues Telecom.

Le cablo-opérateur a fait des garanties sur l’emploi afin de convaincre le gouvernement car son projet de fusion se base sur une dette importante : 11 milliards d’euros.
De son côté, le même jour, Martin Bouygues et François Pinault se seraient rendus à l’Elysée où François Hollande les a reçus pour le même sujet, selon ce qui a été révélé par le Journal du Dimanche. Si le projet de fusion Bouygues – SFR est moins basé sur une forte dette, il pose un problème de concurrence et Martin Bouygues a dû s’expliquer et émettre des garanties au niveau de l’emploi et de l’investissement.

De plus, afin de pallier ce problème de concurrence, des concessions ont été promises car l’Autorité de la Concurrence suivra le dossier de près, Bouygues et SFR état tous les deux déjà sur la marché du mobile. Selon les indiscrétions des proches du dossier, des cessions de fréquences et d’infrastructures pourraient être la clé de cette fusion.

Bouygues Télécom part toutefois avec un avantage par rapport à Numericable : le groupe est français et son PDG serait un habitué de Bercy. Un avantage essentiellement patriotique, donc, mais qui en ces temps de crise pourrait faire la différence.

Toutefois, Xavier Niel pourrait également entrer dans la course alors même que ce mercredi 5 mars 2014 les offres des deux opérateurs intéressés par le rachat de SFR devraient être déposées chez Vivendi qui tranchera après avoir également rencontré les pouvoirs publics et avoir écouté leur avis.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook