Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : EasyJet veut continuer à voler en Europe





Le 1 Juillet 2016, par

Le Brexit a mille conséquences que l'on n'a pas fini de découvrir. La compagnie aérienne à bas coût EasyJet veut s'assurer d'un accès à l'espace aérien européen et le départ du Royaume-Uni de l'UE lui pose de sérieux problèmes.


EasyJet bénéficie actuellement de deux CTA, des certificats de transporteur aérien, qui lui permettent de voler à travers l'Europe. Or, ces deux certificats proviennent des autorités de l'aviation civile du Royaume-Uni — qui va quitter l'Union européenne — et de la Suisse — qui n'en fait pas partie. 

Ce vendredi 1er juillet, l'entreprise a annoncé qu'elle avait déposé une demande de CTA à un pays européen membre de l'UE. En France, cela serait la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), mais EasyJet n'a pas précisé dans quel pays le dépôt avait été réalisé. Des discussions informelles ont été menées avec un certain nombre de régulateurs pour l'établissement d'un certificat.

Pour le moment, il n'y a pas urgence : Londres n'a pas l'air disposé pour activer l'article 50 qui lancera officiellement le départ des négociations pour quitter l'Union, un processus qui dure deux ans. Mais EasyJet veut prévenir, comme bon nombre d'autres sociétés. D'ailleurs, le sort du siège du groupe, basé à l'aéroport de Luton, près de Londres, n'a pas été scellé. L'entreprise a besoin d'y voir plus clair dans l'avenir du pays.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France
















Rss
Twitter
Facebook