Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Burger King peut-il devenir canadien ?





Le 25 Août 2014, par

Burger King a un appétit féroce. Le concurrent de McDonald's et Subway compte s'offrir les cafés Tim Horton's, une référence au Canada, avec pour objectif de… changer de nationalité.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Tim Horton's, une chaîne de cafés à la Starbucks, est totalement inconnu en Europe. C'est pourtant une institution au Canada avec 3 600 établissements au pays et 900 aux États-Unis. Face à des mastodontes américains comme Subway (plus de 35 000 restaurants) ou McDonald's (32 000 établissements), c'est évidemment un nain et même si on rajoute les restaurants Burger King aux cafés Tim Horton's, ce réseau ne comptera que 18 000 établissements.
 
Autre donnée, le nouvel ensemble Burger King et Tim Horton's ne représentera qu'un chiffre d'affaires de 5,5 milliards de dollars. On est très loin de Subway (16 milliards) et bien évidemment de McDonald's (28 milliards)… Mais alors, quelle est donc la raison de cette acquisition ?
 
Elle tient en un mot : imposition. En avalant Tim Horton's, Burger King aurait la volonté de changer de nationalité et devenir canadien, où les impôts et taxes sont plus intéressants qu'aux États-Unis.
 
Les entreprises américaines, en particulier les plus imposantes, sont coutumières du fait et n'hésite jamais à changer de nationalité histoire de payer moins d'impôts. Mais ce « dumping » fiscal en Amérique du Nord risque de provoquer quelques remous aux États-Unis, en particulier pour une chaîne aussi connue que Burger King.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »
















Rss
Twitter
Facebook