Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Cadres sequestrés chez Goodyear : de la piraterie, selon Maurice Taylor





Le 7 Janvier 2014, par

La CGT, qui dénonce un complot contre les salariés de l’usine sur le point de fermer, séquestre deux cadres de l’entreprise depuis lundi matin avec l’aide d’élus du personnel. Le patron de Titan, un temps intéressé par le rachat de l’usine d’Amiens-Nord, n’a pas résisté à l’envie de se prononcer sur l’affaire aux micros d’Europe 1 et de RTL.


Photo: D.R.
Photo: D.R.
Lundi matin, aux alentours de 10H. Le syndicat ultra-majoritaire dans l’usine d’Amiens-Nord, la CGT, se radicalise. Pourtant dénoncée par de nombreux observateurs pour être en grande partie responsable de l’échec des négociations qui prévoyaient la cession d’une partie de l’activité agricole à l’américain Titan, la CGT décide de « changer de braquet » car elle « perd tout en justice ». Son nouveau modus operandi : la séquestration.

Ainsi depuis lundi matin, le directeur de la production et celui des ressources humaines sont retenus contre leur gré. Une situation à laquelle ne pouvait pas ne pas réagir Maurice Taylor, le sulfureux patron des pneus Titan : « Mon dieu, ils sont mabouls. On devrait rentrer et faire arrêter ces pirates. Mais ils ne vont pas le faire, parce que c'est comme ça en France ». Celui qu’on surnomme le Grizzly n’a, par ailleurs, pas manqué de souligner qu’aux Etats-Unis, « on appellerait ça un kidnapping. Ces gens seraient arrêtés et poursuivis. C'est un crime très sérieux, vous risquez la prison à vie. »

Rappelons qu’un rapport parlementaire remis le 18 décembre dernier soulignait le caractère « très exceptionnel » du conflit, dans sa durée comme dans sa dureté, et mettait en cause la CGT pour son intransigeance malgré la proposition d’un plan de départs volontaires particulièrement « avantageux ».

Retranchée derrière l’ultime barricade de la contrainte physique, la CGT justifie son attitude jusqu’au-boutiste par la dénonciation d’un complot dont serait complice le gouvernement. Le plus grave, dans cette affaire, restant probablement l’assourdissant silence de ce dernier.


Chroniqueur pour le JDE, spécialiste des enjeux de direction générale de l'entreprise: stratégie,... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook