Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Fincantieri seul en lice pour acquérir les chantiers navals de Saint-Nazaire





Le 3 Janvier 2017, par

C’est le géant italien Fincantieri qui a été retenu par la justice coréenne pour reprendre les activités de la branche française de STX Offshore and Shipbuliding. Elle opère les chantiers navals de Saint-Nazaire.


STX France est la seule branche rentable de cette société coréenne en redressement judiciaire. Mis en vente en octobre dernier, les chantiers navals n’ont attiré qu’un seul repreneur malgré un carnet de commandes rempli jusqu’en 2026. Mais Fincantieri n’est pas le premier venu : basé à Trieste, il compte près de 20 000 salariés dans 20 sites répartis partout dans le monde ; parmi les clients, on compte les plus importants croisiéristes internationaux, mais aussi l’US Navy.

La reprise de STX France ne fait cependant que commencer pour l’entreprise italienne. Il lui faut maintenant se mettre d’accord avec la maison-mère des chantiers sur le prix qui lui permettra d’acquérir 66,66% du capital de la société. Et aussi s’entendre avec l’État, qui possède un tiers de STX France, ainsi qu’une minorité de blocage.

Fincantieri va aussi devoir montrer patte blanche aux quelques 2 600 salariés des chantiers. Les syndicats sont en effet inquiets par les doublons que le rapprochement avec le groupe italien risquent de créer. Chez FO, on réclame même la « nationalisation des chantiers ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : STX France

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France
















Rss
Twitter
Facebook