Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Fusion Alitalia Etihad : environ 2500 emplois supprimés, Bruxelles veut que le contrôle reste européen





Le 4 Juin 2014, par

Le dossier de la fusion de la compagnie italienne Alitalia avec la compagnie des Emirats Arabes Etihad est encore sur le feu mais la signature définitive se profile à l’horizon. Toutefois il reste encore quelques détails sur lesquels les tensions se font grandissantes parmi lesquels la question du nombre d’emplois supprimés ainsi que la question du contrôle de la compagnie italienne.


cc/Flickr/markyharky
cc/Flickr/markyharky
La fusion Alitalia Etihad se joue sur plusieurs fronts et le premier est sans doute celui du plan de sauvetage prévu par Etihad pour la compagnie italienne duquel on ne sait, pour l’instant, que les grandes lignes théoriques. Et ces grandes lignes commencent déjà à faire faire monter le ton aux syndicats.
 
Selon les dernières informations il y aurait entre 2 400 et 2 500 emplois supprimés dont plus de la moitié au niveau du personnel au sol. Les syndicats italiens menacent déjà les hautes sphères de prendre des mesures, notamment s’il n’y a pas de négociations. Or, Etihad a déjà annoncé qu’elle n’avait aucunement l’intention de négocier avec les syndicats et que si négociations il devait y avoir elles se feraient entre Alitalia et les syndicats. Pas de quoi rassurer les travailleurs.
 
L'autre front sur lequel se joue la fusion est l’Europe. Bruxelles a déjà prévenu qu’elle voulait que le contrôle d’Alitalia reste européen ce qui explique qu’Etihad ne pourra pas posséder plus de 49% du capital afin de ne pas devenir actionnaire majoritaire. 
 
Toutefois, la fusion semble avancer à grands pas et de plus en plus de rumeurs fuitent concernant les futurs présidents et administrateur délégués de la nouvelle entité. A la présidence viendrait se placer Luca di Montezemolo, entre autres président de Ferrari, qui a de grandes affinités avec les pays arabes et qui a joué le rôle de médiateur dans cette fusion.
 
Silvano Cassano, anciennement administrateur délégué du groupe Grandi Navi Veloci et de Benetton serait pressenti pour prendre le poste de numéro 2 de la nouvelle compagnie.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook