Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Il faut 14,4 milliards d'euros dans les caisses des banques grecques





Le 1 Novembre 2015, par

La Banque centrale européenne a fait passer des stress-tests aux quatre principales banques grecques. Il en ressort des besoins de financement moins importants que prévus, mais qui restent tout de même élevés.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Cette enquête a duré plusieurs mois, et a consisté aussi bien en des tests de résistance qu'une revue des actifs de ces banques. Dans le scénario de base, le besoin de recapitalisation est de 4,4 milliards d'euros ; dans le scénario le plus défavorable, impliquant une forte dégradation des conditions financières et économiques en Grèce, les besoins sont de 14,4 milliards d'euros.

C'est une somme certes, mais elle est moins élevée que ce que les partenaires d'Athènes avaient prévu. Des quatre banques en question, Alpha Bank, Eurobank, NBG et Piraeus Bank, c'est cette dernière qui est la plus fragile avec une recapitalisation de 5 milliards d'euros en cas de scénario défavorable.

Ces établissement sont jusqu'au 6 novembre pour présenter un plan de refinancement à l'autorité européenne de supervision, un organisme créé en 2014 par la BCE pour superviser le secteur bancaire grec.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : grèce

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France
















Rss
Twitter
Facebook