Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Immobilier : des prix en hausse dans les grandes agglomérations





Le 12 Mars 2017, par

Les prix de l'immobilier dans l'ancien sont sur une tendance haussière dans les grandes agglomérations. Ils ont encore augmenté en février, selon le baromètre de MeilleursAgents.com, notamment à Paris et à Bordeaux.


Sur les deux seuls premiers mois de l'année, les prix de l'immobilier dans l'ancien ont progressé de 2% à Paris et à Nantes, de 1,5% à Marseille et à Strasbourg, ainsi que de 4% à Bordeaux. À Lyon, sur un an, les prix ont grimpé de 5%. Seule Lille connait un recul des prix en raison de la mise en place de la mesure d'encadrement des loyers.

À Paris, le prix du mètre carré tutoie les 8 500 € en moyenne, un niveau qui rejoint celui de 2011. Plus généralement, dans la plupart des grandes agglomérations, les prix sont au plus haut pour une raison finalement assez simple : les taux d'intérêt sont très abordables, et les acheteurs cherchent à acquérir un bien avant qu'ils ne remontent. « La faiblesse des taux nourrit mécaniquement l’inflation des prix », explique Sébastien de Lafond, dirigeant de MeilleursAgents.

Cette hausse des prix pourrait-elle alimenter une bulle immobilière ? Sans doute pas : les biens achetés sont à proximité des transports, des écoles et des commerces. Il n'y a pas de spéculation, ni d'excès ou de surstocks. De plus, les zones rurales et les résidences secondaires ne profitent pas de cette envolée des prix. De plus, les élections présidentielle et législatives sont de nature à bouleverser certains dispositifs. La prudence est donc de mise.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : immobilier


1.Posté par Castro le 02/04/2017 14:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De 2000 à 2012, l’indice des prix immobiliers a progressé de 150% à Paris et 80% pour la France entière.

Sur la même période, le salaire net annuel moyen des français (2 202 € net/mois) a progressé seulement de 30% et l’inflation de 26%.

L’absence totale de corrélation entre l’évolution de l'indice des prix immobiliers et la hausse des salaires ainsi que de l’inflation a provoqué l’émergence d’une bulle immobilière dans notre beau pays.
Pour mieux comprendre, je vous invite à lire : http://immobilier-finance-gestion.over-blog.com/2017/02/la-baisse-des-prix-immobilier-a-horizon-2020-se-confirme.html

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"
















Rss
Twitter
Facebook