Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'écotaxe suspendue pour cause de remise à plat fiscale





Le 19 Novembre 2013, par

Une première victoire pour les bonnets rouges sur le gouvernement, qui, après avoir déclenché un ras-le-bol fiscale global, dont la meilleure illustration reste la révolte bretonne, décide finalement de suspendre l'écotaxe tout en promettant une remise à plat du système fiscal français, un processus promis par Jean-Marc Ayrault en concertation avec les partenaires sociaux.


C'est ainsi, qu'interrogé ce mardi sur RTL, Philippe Martin, le ministre de l'Ecologie et de l'Energie, a déclaré que l'écotaxe serait suspendue jusqu'à la fin de la remise à plat de la fiscalité à la française, car il ne faut pas imposer une réforme "dans un moment où ce n'est pas possible". Les Bretons sont désormais mieux fixés sur les délais.

En effet, cette suspension avait été donnée sans aucun délai, ce qui ne satisfaisait pas les bonnets rouges qui en demandaient l'annulation pure et  simple. Ce n'est toujours pas le cas, mais "le délai correspondra à la remise à plat de la fiscalité globale" a déclaré Philippe Martin. Des propos qui vont dans le sens de l'interview donnée par Jean-Marc Ayrault aux Echos, qui déclarait ce mardi matin que "les Français ont besoin de bien comprendre et d'être éclairés davantage encore sur la situation du pays".

L'idée aujourd'hui pour le gouvernement, à l'image de l'écotaxe, est de faire preuve de pédagogie pour mieux faire accepter les réformes, et l'augmentation fiscale. Car le Premier ministre l'a bien déclaré, cette remise à plat se fera à "prélèvements obligatoires constants". Pas question donc de baisser les impôts. Une manoeuvre pour gagner du temps et mieux faire passer la pilule ?

Certains, comme les agriculteurs d'Île-de-France, qui manifestent ce mardi dans Paris, semblent n'en avoir que faire et restent bien décidés à faire savoir leur mécontentement...


Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook