Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’égalité homme-femme avance à loi forcée à l’Assemblée





Le 23 Juillet 2014, par

C’est mercredi 23 juillet que le Parlement doit adopter la loi sur l’égalité entre les sexes, dont les effets ne seront pas sans conséquences au sein des entreprises. Parmi les mesures proposées, la parité dans les conseils d’administration et le raccourcissement du congé parental.


@Shutter
@Shutter

C’est la fin d’un long parcours législatif. L’Assemblée nationale et le Sénat doivent voter mercredi 23 juillet la loi sur l’égalité prônée contre vents et marées par Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes. Le texte a toutes les chances d’être adopté à une large majorité, une grande partie de l’opposition s’étant abstenu lors des débats qui auront duré un an. 

 

Parmi les mesures phares de cette loi visant à instaurer plus d’égalité entre les hommes et les femmes, tant dans la sphère privée que publique, on retiendra notamment le renforcement de la parité dans les partis politiques, mais également au sein des conseils d’administration des entreprises. Ainsi, pour les entreprises de plus de 500 salariés, les CA devront comporter au moins 40 % de femmes, d’ici le 1er janvier 2017. Pour les sociétés entre 250 et 500 salariés, elles auront jusqu’en 2020 pour se mettre en règle. 

 

Une autre mesure a également son importance. Celle du partage et du raccourcissement du congé parental. Pour inciter les pères à mettre la main à la pâte, une partie du congé parental devra obligatoirement être pris par le second parent, pour une durée qui sera précisée par décret ultérieurement. On parle d’une durée de six mois. Le congé parental ne devrait donc pas dépasser 2 ans et demi pour les mères. Cette mesure devrait permettre aux finances publiques d’économiser 150 millions d’euros, d’après le quotidien Les Echos. 

 

Le gouvernement se réjouit du bon accueil de cette loi au Parlement. Reste à voir comment elle sera mise en place au sein des entreprises. Pour palier tout refus, une mesure visant à refuser les marchés publics et les partenariats privé-public aux entreprises ne jouant pas la carte de l’égalité homme-femme figure également au menu de cette loi.



Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par Alban DANIEL le 23/07/2014 21:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est peu probable que le fait de mettre le sexe comme critère premier de désignation de nos responsables économiques soit gage de progrès,

La compétence, sans distinction de sexe, de race ou de religion devrait être ce critère !

Nous avons l'expérience de la parité obligatoire pour les élections municipales, régionales et européennes, depuis des décennies. Notre situation politique s'est-elle améliorée ou détériorée ?

Désigner des femmes à des responsabilités parce que ce sont des femmes est aussi bête que le serait de désigner des juifs, des chrétiens ou des musulmans à des postes de responsabilités à cause de leur religion...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook