Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La GTEC, une réponse aux restructurations des entreprises localisées





Le 18 Mars 2015, par

La question des ressources humaines ne se limite plus à une problématique interne de l’entreprise et est devenue depuis quelques années, face à un contexte de crise et de destruction d’emplois, un enjeu majeur pour les collectivités locales. En effet, face à la globalisation et aux risques de délocalisation ou de fermetures de sites, les acteurs locaux, au côté de l’Etat, entendent aider les entreprises locales à conserver leurs compétences et leurs actifs au service de l’emploi et du dynamisme et de l’attractivité du territoire.


Crédit : Ingimage
Crédit : Ingimage
Alors que la GPEC territoriale comprend des opérations centrées sur les enjeux des entreprises dans les territoires (exploitation des synergies, mutualisation des moyens, économies de coûts), la Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences (GTEC) répond directement aux enjeux spécifiques du territoire (anticipation partagée des restructurations sur un bassin d’emplois). Elle a ainsi comme priorités le développement ou la gestion des mutations économiques et sociales sur une zone précise géographique. Elle constitue une réponse consistante face aux restructurations d’entreprises localisées sur un territoire donné.
 
La résolution de ces problèmes passe naturellement par une collaboration étroite avec les entreprises, mais s’inscrit dans une vision plus large et au service du territoire. Selon cette logique, la territorialisation des enjeux d’emplois constitue un gage d’opérationalité et de résultats (en termes de sortie de crise et d’évolutions structurelles de l’emploi) sur lequel doivent s’opérer les stratégies à venir. La GTEC privilégie donc le territoire, en misant sur l’intérêt général et le maintien des activités.
 
Une telle démarche peut par conséquent entraîner des réactions défensives chez certaines entreprises locales qui peuvent refuser de partager des informations sur leurs orientations en ressources humaines pour des raisons concurrentielles ou stratégiques. La GTEC a donc une ambition plus politique, en initiant et favorisant une démarche globale (impulsion politique et portage institutionnel) centrée sur la stratégie du territoire. Ceci passe par conséquent par une gouvernance politique et stratégique formalisée qui donne les priorités, oriente et encadre les acteurs en vue d’un apprentissage collectif gagnant-gagnant entre acteurs publics (organismes institutionnels et politiques locaux) et acteurs privés (entreprises) dans les champs économique et emploi-formation.
 
Ceci va par conséquent au-delà de logiques d’harmonisation ou d’évolution des pratiques RH des entreprises. Une telle démarche nécessite d’intégrer les dimensions internationales, économique (autour notamment des enjeu d’innovation), d’emplois et de compétences, Elle implique la mobilisation de l’ensemble des acteurs économiques et sociaux du territoire, en fonction des priorités, dans la la mise en oeuvre des plans de développement des compétences et des qualifications, de programmes d’insertion et de reconversions, de dispositifs d’orientation et d’accompagnement des mobilités professionnelles.
 
La GTEC va également bien au-delà de la GPEC territoriale, en changeant la nature des priorités et l’unité d’analyse (territoire versus entreprise) et les rapports entre acteurs publics et acteurs privés. Elle inclut de ce fait, une dimension partenariale beaucoup plus appuyée (gouvernance), fondée sur une coopération multi-acteurs, la prise en compte des écosystèmes du territoire et des différentes compétences en jeu, en vue d’anticiper les mutations (ou ruptures) économiques, et de parvenir au maintien des emplois sur le territoire.


Olivier Meier
Olivier Meier est Professeur des Universités, directeur de recherche au Lipha Paris Est et visiting... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook