Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La montre connectée est une montre avant tout





Le 29 Novembre 2015, par

Et si les montres connectées servaient surtout à… donner l'heure ? C'est en tout cas l'usage premier, et de loin, de ces produits vantés comme « intelligents », mais qui en font finalement peu la preuve.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
L'usage premier que font les 1 450 possesseurs d'Apple Watch interrogés par Wristly.co est simple et un peu désespérant pour le constructeur : ils consultent l'heure. Leur montre sert de 60 à 80 fois par semaine, soit une moyenne de trois à fois chaque jour. D'après une étude de l'université de Stockholm, la durée moyenne d'interaction est de quatre secondes et moins…

CQFD : l'Apple Watch, et au-delà toutes les montres connectées du marché, ne sont guère utilisées que pour connaitre l'heure, voire pour consulter une notification. Cet usage est à rebours du discours marketing des constructeurs de smartwatchs, qui mettent en avant toutes les possibilités offertes par leurs produits. Mais il va falloir encore du temps et beaucoup de pédagogie de leur part pour pousser les utilisateurs à aller au-delà des fonctions de base d'une montre.

Néanmoins, 59% des utilisateurs se servent de leurs montres connectées pour surveiller leur activité physique et la qualité de leur sommeil, quand 4 personnes sur 10 les utilisent pour consulter leur rythme cardiaque. Il y a donc un peu d'espoir pour les constructeurs…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook