Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La taxe Tobin européenne enlisée





Le 17 Juin 2016, par

La taxe européenne sur les transactions financières (TTFUE), alias « taxe Tobin », verra-t-elle le jour ? Son principe a été acté il y a deux ans, mais depuis la mise en route tarde. Au point que certains craignent qu'elle ne soit tout simplement abandonnée.


Le principe est simple : taxer les transactions financières à l'échelle du continent afin d'avoir un maximum de retombées. Alors que ce projet a rebondi suite à la crise financière de 2008, ce sont finalement onze pays européens qui ont décidé d'appliquer la TTFUE. Mais que taxer ? Les actions, les produits dérivés ? Chacun a tiré à hue et à dia (y compris le secteur bancaire), ce qui a contribué à l'enlisement du projet.

Ce jeudi 16 juin, les ministres des Finances des pays concernés ont fini par décider qu'il était urgent d'attendre : les négociations vont donc se poursuivre au moins jusqu'en septembre, alors qu'un accord devait être scellé en fin d'année dernière. Il n'en a rien été, évidemment.

Des pays font part de leurs états d'âme : « La Slovénie est le pays le plus hésitant », explique Michel Sapin, ministre français des Finances. Il ajoute tout de même : « Nous voulons une taxe sur les transactions financières et nous nous battrons, et je me battrai, pour que cette taxe voit le jour ». L'espoir d'arriver à une solution n'est donc pas totalement évanoui, même si les choses se présentent mal.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : taxe tobin

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook