Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme manque d’argent





Le 3 Août 2016, par

Lors de la présentation des résultats d’Axa pour le premier semestre, le directeur général de l’assureur Jacques de Peretti a tiré la sonnette d’alarme : le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme (FGTI) est insuffisamment abondé.


Actuellement, chaque assuré versé au FGTI un montant de 4,3 euros par an sur son contrat d’assurance d’un bien. Or, cette somme n’est pas suffisante pour faire face à la recrudescence des actes de terrorisme en France ces deux dernières années, prévient Jacques de Peretti. Le Fonds sert à indemniser les victimes d’actes de terrorisme, ainsi que les ayants droit de personnes décédées.

Jusqu’à présent, le fonds de garantie, créé en 1986, déboursait « moins de 10 millions par an », détaille le responsable d’Axa. Mais aujourd’hui, « c’est à plusieurs centaines de millions d’euros auquel le fonds doit faire face » s’alarme-t-il. Il s’agit donc d’un nouveau besoin de financement, après une précédente hausse datée du 30 octobre dernier. Les assureurs travaillent avec les pouvoirs publics pour surmonter cette difficulté.

Parmi les pistes de travail envisagées, on trouve évidemment la hausse de la taxe prélevée sur les contrats. Mais d’autres contributions pourraient émerger. Une réflexion est en tout cas en cours. Jacques de Peretti s’est toutefois voulu rassurant : la mission du FGTI n’est pas remise en cause ; il faut simplement procéder à « des ajustements » rendus nécessaires par la situation actuelle.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : attentat


1.Posté par olivier le 03/08/2016 20:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il suffit juste de baisser les indemnités trop élevés pour certain prejudice

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook