Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Japon veut à nouveau exporter des armes





Le 24 Février 2014, par

Après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, de laquelle le Japon était ressorti perdant en tant qu’allié de l’Allemagne et ennemi des Etats-Unis qu’il avait attaqués à Pearl Harbor, le Japon s’était auto-imposé un embargo sur l’exportation d’armes. Des rumeurs courent dans le pays que Shinzo Abe voudrait lever cet embargo, ce qui pourrait envenimer les relations déjà tendues entre le pays et ses voisins chinois et sud-coréens.


cc/flickr/CSIS
cc/flickr/CSIS
Shinzo Abe, premier ministre du Japon, serait en train de prendre en main cet embargo dans le cadre de sa nouvelle stratégie militaire pour le pays. Fort d’un deuxième mandat très rare pour un premier ministre japonais et d’une opinion publique très favorable, il pourrait revenir sur cet embargo qui est constitué de trois principes : depuis 1967 le Japon n’a pas le droit d’exporter d’armes vers des pays communistes, impliqués dans des conflits internationaux ou soumis à des sanctions des Nations Unies.

Mais le résultat final de cet embargo a été une quasi-totale absence d’exportation d’armes et un secteur de recherche et développement uniquement en partenariat avec les Etats-Unis.

Shinzo Abe, loin de vouloir devenir un marchand de guerre, espère ainsi faisant améliorer les ventes du secteur de l’armement du Japon en ouvrant les exportations à des marchés actuellement fermés par cet embargo. En effet, parmi les changements prévus dans la politique d’exportation, le Japon s’autoriserait à vendre des armes à des pays impliqués dans un conflit international comme Israël qui, en 2013, a acheté des avions à l’américain Lockheed Martin.

En ouvrant ce marché, les entreprises japonaises spécialisées dans l’armement telles que Mitsubishi Heavy Industries ou Kawasaki Heavy Industries pourraient participer à de nombreux appels d’offres qui leur sont actuellement fermés.

Mais cette volonté de Shinzo Abe risque d’avoir d’importantes conséquences politiques en Asie notamment au niveau des relations avec la Chine et la Corée du Sud qui restent très critiques par rapport au Japon et son refus de reconnaître sa politique d’invasion menée durant la Seconde Guerre Mondiale. Un sujet qui revient régulièrement sur le devant des médias.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook