Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le transport par autocars a généré 40 millions d’euros de chiffre d’affaires





Le 2 Septembre 2016, par

Le secteur du transport par autocars, libéralisé il y a un peu plus d’un an, continue de générer beaucoup d’argent. Le rapport de l’Anafer, le régulateur du rail et de la route, annonce que cette activité a réalisé un chiffre d’affaires de 40 millions sur les onze derniers mois.


Sur ce total, près de la moitié — soit 19 milliards — a été généré durant le deuxième trimestre de l’année. Un montant très élevé, qui s’explique par le nombre de voyageurs : au printemps, ce sont 1,5 million de personnes qui ont profité de ce mode de transport. Entre août 2015 et juin 2016, l’autorité de régulation des activités ferroviaire et routières a comptabilisé 3,4 millions de voyageurs.

Emmanuel Macron, ex ministre de l’Économie et « père » de la loi « croissance et activité » qui a permis l’éclosion de cette activité de transport, avant annoncé début août, pour le premier anniversaire du texte, un total de 3,8 millions de passagers.

Avec la croissance du nombre de passagers et du chiffre d’affaires, les villes desservies ont elles aussi beaucoup augmenté. On en compte actuellement 193, contre 150 au précédent trimestre. Les liaisons les plus populaires sont Lille-Paris, Lyon-Paris et Paris-Rouen. L’Arafer, qui doit livrer un nouveau rapport mi septembre, n’a pas donné le nombre d’emplois créés dans ce secteur.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : transport

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook