Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Malgré le dérapage des dépenses publiques, Bruxelles n'accordera pas de délai à Paris





Le 3 Juillet 2017, par

Paris n'aura rien à attendre de Bruxelles : le gouvernement français est dans l'obligation de contenir ses déficits publics à 3% du PIB cette année. La Commission européenne n'accordera aucun délai supplémentaire.


Le précédent gouvernement avait prévu un déficit limité à 2,8% en 2017. Mais l'audit de la Cour des comptes, commandé par le nouvel exécutif, a montré que les dépenses publiques avaient subi un dérapage très important, à hauteur de 8 milliards d'euros. Par conséquent, l'estimation précédente vole en éclat et les déficits publics s'établiront plutôt à 3,2% du PIB. La crédibilité financière de la France en Europe est donc plus que compromise, à moins que le nouveau gouvernement ne prenne les décisions qui s'imposent.

Le Premier ministre Edouard Philippe, après avoir fait éclater sa colère, a annoncé des mesures d'économies pour rentrer dans les clous des 3% de déficit cette année — des économies, mais pas de hausses des impôts, a-t-il promis. Une volonté accueillie favorablement à Bruxelles, qui a toutefois prévenu : pas question d'accorder à la France un délai supplémentaire pour revenir à un déficit de 3% du PIB.

Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques, a déclaré sur France 2 qu'une « politique budgétaire sérieuse » devait être certes menée, mais qu'il n'était pas nécessaire qu'elle soit « austère ». Le gouvernement ne demande pas de nouveau délai. « Moi je fais confiance au gouvernement français pour tenir ses engagements, comme je lui fais confiance pour présenter ensuite un budget 2018 qui lui permette de passer pour le coup clairement en dessous de 3%, ce qui permettra à la France de sortir de la procédure de déficit excessif », a-t-il encore déclaré.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : déficit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France
















Rss
Twitter
Facebook