Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Médicaments : les pharmaciens protestent contre la transparence sur leurs marges





Le 11 Octobre 2013, par

Cette mesure du budget de la Sécurité sociale pour 2012 aurait pourtant pu passer inaperçue au milieu de tous ses articles. Mais les syndicats des pharmaciens ont l'oeil et lancent ce vendredi un vaste mouvement de protestation, demandant à être reçus en urgence par la ministre de la Santé, Marisol Touraine.


Le gouvernement veut forcer les laboratoires pharmaceutiques à la transparence sur les remises accordées aux pharmacies.
Le gouvernement veut forcer les laboratoires pharmaceutiques à la transparence sur les remises accordées aux pharmacies.
En cause le désormais fameux article 40 du projet de loi qui obligera, si le texte est voté, les laboratoires à déclarer l'intégralité des remises qu'ils font aux pharmaciens, médicament par médicament, au Comité économique des produits de santé, l'organisme qui fixe les tarifs des médicaments remboursables. En cas de refus, une amende sera administrée aux laboratoires.

L'objectif pour ce comité est d'adapter les prix des génériques, en fonction des prix réellement pratiqués par les officines. Une manière pour le gouvernement de réduire le prix de vente des génériques, de quoi faire des économies substantielles de 15 millions d'euros en 2015, 30 millions en 2016 et 45 millions en 2017.

Ces remises des laboratoires sont pourtant parfaitement légales. Ces derniers sont autorisés à accorder des remises commerciales, dans la limite de 17 % du prix de la boîte. Des remises initialement destinées à favoriser l'essor des médicaments génériques, en incitant donc les pharmaciens à les vendre aux patients.

Les syndicats s'opposent aujourd'hui à cette transparence. Ils redoutent que cette mesure pousse les laboratoires à remettre en question les contrats de coopération commerciale avec les pharmacies.

Ces contrats représenteraient en moyenne 36 000 euros par an et par officine. Le secrétaire général de l'USPO, Gilles Bonnefond, redoute que si l'on supprime cette source de revenus, 6 000 pharmaciens devront mettre la clé sous la porte. Les pharmaciens attendent impatiemment un rendez-vous avec la ministre, avant l'examen du projet de loi le 21 octobre prochain.


Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook