Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Morgan Stanley paie pour mettre fin à l’affaire des subprimes





Le 5 Février 2014, par

Dans l’affaire des poursuites concernant la crise des subprimes considérée comme le point de départ de la crise de 2008, la banque d’affaires Morgan Stanley va conclure un accord à l’amiable avec le régulateur des prêts immobiliers des Etats-Unis, la FHFA. De quoi arrêter toutes les poursuites à son encontre.


cc/flickr/B0g4arts
cc/flickr/B0g4arts
Morgan Stanley va devoir débourser quelques 1,25 milliard de dollars, soit près de 925 millions d’euros, afin de mettre un terme à cette histoire et tourner la page sur la crise des subprimes. Elle était accusée par le régulateur des prêts immobiliers d’avoir vendu ces actifs à haut risque et dont les conséquences ont été désastreuses pour l’économie mondiale à deux organismes publics.

La vente, réalisée avant 2008, avait été conclue avec Fannie Mae et Freddie Mac, deux organismes publics de refinancement. Mais Morgan Stanley n’aurait pas, selon les deux organismes, informé suffisamment sur les risques et la valeur de ces actifs. Les deux organismes s’estimaient donc trompés et Morgan Stanley s’était retrouvée dans le centre de l’affaire avec d’autres banques comme JPMorgan.

JPMorgan a également conclu un pacte avec la FHFA dans cette affaire, mais le montant versé par la banque d’affaires était alors de 5,1 milliards de dollars. Une amende record qui a fortement frappé l’avenir de la banque qui, pour se reprendre, a entamé une réorganisation complète de ses services.

La FHFA continue toutefois d’éclaircir cette affaire et a dans sa ligne de mire pas moins de 16 autres banques partout dans le monde comme Bank of America, Deutsch Bank, The Royal Bank of Scotland, General Electric. En France, c’est la Société Générale qui est visée par la FHFA dans le cadre des plaintes déposées lors de l’explosion de la bulle immobilière aux Etats-Unis.

Avec cet accord à l’amiable, Morgan Stanley devrait en avoir fini avec la crise des subprimes et les enquêtes à son encontre. Elle reste toutefois accusée par la NCUA, le régulateur américain des caisses d’épargne, dans le cadre d’une vente de produits dérivés liés toujours aux subprimes.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook