Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pour être PDG, les candidats doivent se montrer sympa





Le 21 Avril 2016, par

Une nouvelle étude montre que l'embauche d'un PDG tient finalement à peu de choses : il suffit que le candidat se montre sympathique et avenant pour qu'il obtienne le poste.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Dans les faits, c'est un peu plus compliqué que cela évidemment. Mais l'étude mené par l'Université de Chicago Booth School of Business démontre clairement que ces qualités sont essentielles pour décrocher la place de PDG. Un peu trop ? Sans doute : les chercheurs concluent ainsi que les Conseils d’administration surestiment trop souvent la personnalité et les compétences interpersonnelles des candidats lors du choix d'un PDG.

Durant l'enquête, les scores obtenus par les candidats dans les quatre catégories dominantes (compétences interpersonnelles, capacités d’exécution, charisme et compétences stratégiques) permettent de prédire leur avenir professionnel : les aspirants PDG obtiennent des scores élevés dans ces catégories, les directeurs financiers des scores bien plus médiocres.

Les candidats embauchés pour les postes de CEO obtiennent des notes plus faibles en compétences d'exécution et plus élevées en compétences interpersonnelles. Les candidats aimables et ouverts aux autres semblent être privilégiés. Un PDG d'un abord aimable est toujours bienvenue c'est certain, mais sera-t-il performant ? C'est aux conseils d'administration d'en décider...


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : embauche, pdg

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook