Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Réforme des professions réglementées : les pharmaciens vent debout





Le 22 Août 2014, par

Une « compilation d'âneries » : voilà comment la présidente de l'Ordre des Pharmaciens, Isabelle Adenot, qualifie le rapport de l'Inspection générale des finances sur les professions réglementées qui concerne les officines au premier chef.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Le ministère de l'Économie se base sur ce rapport pour entamer une réforme en profondeur des professions protégées par numerus clausus et autres tarifs fixés par l'État. En tout et pour tout, ce sont 37 de ces professions (notaires, greffiers, ambulanciers…) que le gouvernement compte réformer afin de rendre aux Français 400 millions d'euros de pouvoir d'achat.
 
Les pharmaciens sont dans le collimateur d'Arnaud Montebourg, mais ils ne comptent pas se laisser faire sans réagir — le contraire aurait évidemment été étonnant. « On accuse les pharmaciens de retenir du pouvoir d'achat aux français: nous prouvons que cela est faux », contre-attaque ainsi la patronne des pharmaciens sur le site web de l'Ordre.
 
Et Isabelle Adenot de marteler que l'évolution des prix dans les pharmacies restent très raisonnables, voire en dessous de l'inflation. Depuis 2009, sur les vingt premières références à prescription facultative, 19 ont eu une augmentation moyenne annuelle inférieure à la hausse du coût de la vie. Le prix de l'Efferalgan a augmenté de 0,2% en moyenne par an; le citrate de Betaïne a baissé de 0,3%.
 
« Le rapport est entaché par des erreurs dont le nombre et l'ampleur est édifiant et oblige à se poser la question du sérieux du travail de l'IGF », souligne l'Ordre.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par Pyjies le 22/08/2014 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chasse aux sorcières
Quel en est le but?
Iatrogenie , quel conseil aura t on ? Résultat en santé publique désastreux , en économie de la santé augmentation des dépenses liées aux pathologies non cadrées ou induites.
Quel variable d'ajustement pour les pharmacie ? La charge de personnel , résultat licenciement . la grande distribution génèrera t elle autant d'emploi pour le même chiffre d'affaire ? J'en doute. Combien de nouveaux malheureux au chômage?
L.EBIDAR de la grande distribution est différent des PME et la grande distribution sait optimiser son Edibar favorable.
Qui s'insurge des coefficient réalisés par la grande distribution. de quatre à dix des textiles achetés 10 euros acquis à un euros au Bengladesh (Rana Plaza pour ceux qui se souviennent ). Les taux des pharmaciens n'atteignent pas de tels valeurs. Tout commerce applique son coefficient , certains sont vertigineux et pas là ou on le croit ou on l'imagine .
A quoi sert le coefficient: aux charges structurelles,aux charges sociales , aux impôts (TVA et autres) , aux salaires , au stock puis au chef d'entreprise.

Résultat : iatrogénie,dégradation de la qualité et de la sécurité du soin direct et de l'automédication , chômage , augmentation des dépenses en santé, désertification sanitaire rurale ,augmentation des coefficients sur le médicament pour la grande distribution qui aura des marchés plus intéressants que les PME.
A propos je ne suis pas pharmacien , je suis médecin désolé des conséquences directement liées au thérapeutiques empiriques et des pathologies induites ou aggravées.
Protégeons nos pharmacies.
Pyjies

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook