Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Standard & Poor's ne croit pas à la reprise française





Le 24 Octobre 2013, par

N'en déplaise au gouvernement qui clame, à tout va depuis quelques semaines, que "la reprise est là". Depuis que S&P a retiré le AAA de la France en janvier 2012, la publication d'une de ses nouvelles notes fait toujours peser le risque de voir un nouveau coup de cutter s'abattre sur la note nationale.


Standard & Poor's ne croit pas à la reprise française
Mais dans cette nouvelle étude rendue publique mercredi, pas d'abaissement de la note mais une analyse, complète et pessimiste, sur les conditions d'une reprise durable en France. Pour faire simple, S&P n'y croit pas. Et les analystes de l'agence sont sévères en la matière.

Evidemment, les experts de l'agence de notation admettent que l'économie française est bel et bien sortie de récession au second trimestre 2013, grâce à une croissance de 0,5 % après notamment "huit trimestres de stagnation ou de baisse". Ils affirment toutefois que "les conditions d'une reprise durable ne sont pas encore réunies".

Pour eux, il faut relativiser le regain de croissance en France, au printemps dernier. D'après S&P, ce regain s'explique avant tout par une demande publique plus importante alors que la demande privée est restée inexistante. De plus, l'agence affirme que les données récentes à sa disposition sembleraient indiquer un futur ralentissement de la reprise entamée au second trimestre.

Cette amélioration, la vraie, prendra du temps. A commencer par la situation de la consommation des ménages, qui ne devrait progresser que de 0,4 % sur 2013 en raison de la pression fiscale sur leur pouvoir d'achat et ne devrait véritablement s'améliorer qu'en 2015 si le gouvernement lâche du lest sur la taxation.

Même topo côté entreprises. S&P rappelle que leurs marges sont tombées à 28,2 % au second trimestre 2013, le niveau le plus bas depuis 1985, et alors qu'elles ne cessent de se détériorer depuis 2007. Même son de cloche pour les investissements qui devraient progresser de 1,8 % en 2014 après une chute de 2 % en 2013, et avant d'accélérer la cadence en 2015 avec 4 %, selon les prévisions de l'agence. Mais là encore, cela ne se fera qu'avec une stabilisation de la fiscalité.


Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook