Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

ThyssenKrupp, un industriel allemand en difficulté ?





Le 3 Décembre 2013

Le groupe sidérurgique allemand est parvenu à lever plus de 880 millions d’euros grâce à son augmentation de capital lancée lundi soir. Cette augmentation intervient alors que le groupe connait une grave diminution de son ratio de fond propre, tombé à 7%. Est-ce pour autant la fin des ennuis pour le groupe allemand ?


Une opération fructueuse

crédit: wikimedia
crédit: wikimedia
Plus de 51 millions de nouvelles actions ont été émises au prix de 17, 15 euro l’unité. Ceci représente une augmentation de capital de près de 10%. Toutes les actions ont trouvé preneur, qu’il s’agisse d’investisseurs allemands ou étrangers.  Mais l’opération n’a été ouverte qu’aux investisseurs institutionnels. Ce qui expliquerait la rapidité de l’opération. Les actionnaires déjà présents dans le capital de l’industriel ont ainsi pu accroître leur présence. Mais financièrement, le groupe demeure fragile : l’action accusait au lendemain de cette augmentation de capital un recul de 1%, après avoir reculé de 9% pour la veille. La fondation Krupp, actionnaire historique, sort également très fragilisée de cette levée, puisque sa participation totale passe sous la barre des 25%, mettant ainsi à jour la menace d’une éventuelle OPA hostile. En résumé, ThyssenKrupp ne sort pas renforcé de cette levée de fonds qui demeure, somme toute, dictée par la nécessité.

Des économies drastiques à venir

Le sidérurgiste reste par ailleurs endetté de plus de 5 milliards d’euros, et prévoit en conséquence un grand plan d’économies. Après cessé son activité en Amérique (revendue à ArcelorMittal ainsi qu’à Nippon Steel), le groupe pourrait être contraint, face à l’obligation d’honorer ses dettes, de s’attaquer à ses différents sites européens. ThyssenKrupp doit également continuer à investir dans le domaine technologique pour pouvoir miser sur une reprise économique conséquente. L’aciérie pure, qui demeure l’activité principale du groupe allemand, semble donc appelé à jouer un rôle sans doute de plus en plus modeste dans ses activités, au côté des installations et supports en tous genres, tels que les ascenseurs, les escalators, ou encore les sous-marins.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook