Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Volkswagen : pas d'indemnisation pour les automobiles européens





Le 25 Novembre 2015, par

Pas question d'indemniser les conducteurs européens victimes des « moteurs truqués », a prévenu Volkswagen. Au contraire des États-Unis, où le groupe automobile va verser 1 000 $ pour chaque conducteur de ses véhicules frauduleux.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Pourquoi une telle différence ? Volkswagen explique que les deux marchés ne sont pas comparables : d'un côté de l'Atlantique, l'entreprise s'est engagée à indemniser 480 000 automobilistes américains dans un marché où le diesel est bien moins implanté qu'en Europe ; surtout, ils payent leur carburant plus cher à la pompe.

Rien de tout cela en Europe, où les véhicules diesel sont majoritaires un peu partout sur le continent (plus de 50% en Allemagne), et où le carburant est moins cher que l'essence classique — même si cela va évoluer dans les mois qui viennent.

Pour les quelques 8 millions de conducteurs du vieux continent touchés par le scandale, Volkswagen promet plutôt une remise aux normes rapide et sans douleur : entre 30 minutes et une heure pour réparer ce qui doit l'être, selon le véhicule. Ce rappel massif coûtera tout de même très cher au constructeur automobile.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : volkswagen

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"
















Rss
Twitter
Facebook