Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

114 Airbus pour l'Iran





Le 17 Janvier 2016, par

Airbus va vendre 114 avions civils à l'Iran. C'est le ministre iranien des Transports, Abbas Akhoondi, qui a annoncé la nouvelle ce samedi 16 janvier avant la levé des sanctions internationales contre le pays.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Hassan Rohani, le président iranien, avait évoqué cette possibilité en novembre dernier avant sa visite en France. Il avait à l'époque expliqué : « Nous avons aujourd'hui même des Airbus, il y a d'autres compagnies aussi qui nous vendent des avions. Ces grandes compagnies, notamment Airbus sont présentes en Iran. Nous achèterons c'est vrai de ces grandes compagnies, notamment Airbus ».

Une délégation française s'est rendue à Téhéran ces derniers mois afin de négocier et de finaliser l'accord (d'autres domaines sont également sur la table, comme les transports, l'industrie, l'automobile…). Ce contrat important avec Airbus est un nouveau signe de la volonté de l'Iran de s'inscrire de nouveau pleinement dans le concert des nations.

L'avionneur européen avait tout de même pris soin d'annoncer son intention de ne pas s'engager dans des discussions avec les autorités iraniennes avant la levée des sanctions. Les portes sont désormais ouvertes et ce premier contrat en appelle visiblement d'autres.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : airbus

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook