Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Absentéisme : 16,7 jours en moyenne en 2014





Le 8 Septembre 2015, par

L'absentéisme au bureau représente des coûts faramineux pour les entreprises. Et en 2014, les salariés du secteur privé ont encore accru les jours d'absences, à en croire l'enquête de l'institut Alma Consulting Group.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Cette enquête annuelle, réalisée auprès de DRM, a établi que l'absentéisme avait été en hausse l'an dernier. Qualifiée de « légère », celle-ci a représenté en moyenne 16,7 jours pour l'année pour chaque salarié. Le taux d'absentéisme s'est fixé à 4,59% pour 2014, une progression par-rapport à l'année précédente où il s'était monté à 4,26%. En 2012, ce taux était de 4,53%.

Le nombre de salariés n'ayant eu aucune absence est lui en baisse, poursuit ce baromètre : -2 points, à 53%. Ces chiffres sont corroborés par l'Assurance Maladie, qui a noté un « allongement de la durée des absences ». 

Les coûts liés à cet absentéisme sont extrêmement élevés. Pour les entreprises du secteur privé, ils représentent en effet 45 milliards d'euros sur l'année, quand on prend en compte le salaire versé à l'employé absent, le coût de son remplacement éventuel, et la « perte de valeur » liée à son absence. La somme est encore plus importante si on y ajoute les coûts indirects, comme les cotisations destinées aux maladies professionnelles, par exemple : elle atteint dès lors les 60 milliards d'euros.

Si les problèmes de santé ou les raisons personnelles sont évidemment citées parmi les premières causes expliquant l'absentéisme, les conditions de travail sont également en cause dans 9% des cas, le manque de reconnaissance (7%) ou encore la charge de travail à 6%.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : absentéisme

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook