Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Des repreneurs pour William Saurin et Garbit





Le 13 Mai 2017, par

Plusieurs repreneurs ont fait part de leur intérêt pour le pôle plats cuisinés de la Financière Turenne Lafayette (FTL), qui possède entre autres William Saurin et Garbit.


Les offres de reprises devront être déposées d’ici ce lundi 15 mai, minuit, au tribunal de commerce de Paris. Raynal & Roquelaure, Cecab (D’Aucy) ainsi que deux fonds de pension sont sur les rangs, a indiqué le syndicat FO. Ce pôle plats cuisinés emploie 1 300 salariés et ses marques sont évidemment très populaires auprès des consommateurs.

FTL veut aussi se séparer de plusieurs autres pôles, dont celui de la charcuterie-salaisons (Paul Prédault, Madrange, Montagne noire…), qui emploie 1 600 salariés. Cooperl, une coopérative bretonne, est intéressé par cette activité. Le pôle pâtes fraiches, qui compte notamment Tradition Traiteur et Pâtes fraîches Luison, pourrait tomber dans l’escarcelle de Pastacorp, un groupe qui détient déjà les marques Lustucru et Rivoire & Carret. Les offres de reprise seront examinées le 29 mai.

Suite au décès de Monique Piffault, la patronne de la Financière Turenne Lafayette, le groupe est en difficulté. Un audit réalisé après la mort de la PDG a mis au jour des pratiques comptables frauduleuses qui se sont déroulées pendant une dizaine d’années. L’État a même prêté 70 millions d’euros pour aider cet acteur majeur du secteur agro-alimentaire en France.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook