Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Industrie Textile - Bruno de Lalande : « Tous nos produits sont le fruit d’efforts en R&D importants »





Le 11 Mars 2014, par La Rédaction

Lytess est une entreprise spécialiste du textile cosmétique. Suite à sa reprise par le fonds Sofimac, son PDG, Bruno de Lalande, apporte un éclairage sur cette société emblématique de l’un des versants les plus techniques de la filière textile française.


Vous êtes devenu directeur général de Lytess il y a 6 mois à l’issue d’une procédure de redressement. Comment êtes-vous devenu l’un des artisans de cette reprise ?


Bruno de Lalande : Au cours des 25 dernières années, j’ai occupé des postes de responsables opérationnels et de développeur pour le compte de nombreuses marques internationales du secteur du textile. J’ai par exemple été directeur général de Lejaby, directeur international du groupe Lee Cooper, directeur général France de VF Jeans, ou encore directeur général de Dorotennis. À ces différents postes, j’ai eu à gérer des problématiques relevant soit du développement, soit de la réorganisation d’entreprise, ou les deux simultanément.

En parallèle de cette expérience, mon parcours très international dans le milieu du textile m’a amené à rencontrer de nombreux fournisseurs et partenaires d’affaires aux quatre coins de la planète. Les entreprises pour lesquelles j’ai travaillé appartenaient pour la plupart soit à des groupes américains, soit à des fonds d’investissement comme Sun capital ou Sofimac Partners. Les responsabilités que j’ai endossées, et cette proximité avec ce type d’investisseur m’ont amené, il y a quelques années, à vouloir me positionner comme repreneur et manager-actionnaire d’une entreprise.

Après quelques essais infructueux de reprise, j’ai été sollicité pour des missions dites de « management de transition ». La dernière, menée pour la société Lytess et pour le compte des fonds Sofimac Partners et CDC-entreprise, actionnaires de l’entreprise, m’a finalement permis de reprendre cette société avec le fonds Sofimac en octobre 2013.

Comment définissez-vous Lytess est quel est son cœur de métier ?

Lytess est une société française fondée en 2003, reconnue comme l’inventeur et le leadeur mondial des produits cosmeto-textiles. Historiquement, les cosméto-textiles se sont développés et imposés dans le domaine des produits Minceur. Il s’agit en fait de produits textiles sur lesquels ont été greffés des microcapsules d’actifs cosmétiques. L’institut français du textile parle de « micro-encapsulation », pour désigner cette technique. Elle consiste à « isoler une substance active du milieu extérieur en l’enveloppant dans une sphère de polymère formant une capsule sphéroïdale dénommée communément microcapsule ».

Ces quelques éléments techniques mis à part, on peut donc considérer que le cœur de métier de Lytess est de produire des vêtements tirant parti du potentiel de la micro-encapsulation, et plus précisément de l’imprégnation de microcapsules dans un tissu. Nous utilisons ainsi cette technologie pour fabriquer des tissus capables de retenir des substances liquides dans une capsule qui les isole du milieu extérieur, ou de libérer ces substances emprisonnées dans les tissus soit par rupture de ces capsules, soit par diffusion lente et progressive à travers leur membrane.

Bien sûr, les actifs cosmétiques contenus dans ces capsules sont de propriétés et natures diverses. Il peut s’agir de produits hydratants, raffermissants, anti-cellulites, ou anti-UV par exemple. Ces produits sont le plus souvent tirés de composants naturels tels que la caféine, le beurre de karité, la copaïba, l’amande douce et bien d’autres. Mais la micro-encapsulation n’est que la partie la plus visible du cœur de métier de Lytess.

Tous nos produits sont le fruit d’efforts en R&D important. Lytess est avant tout une firme spécialiste des textiles intelligents, qui élabore des tissus à partir de matière de pointe comme la céramique, les fibres d’or et d’argent et d’autres matériaux délicats encore.

Lytess n’a donc pas vocation à en rester aux produits minceurs…

L’entreprise est effectivement engagée dans une stratégie de diversification. Nous envisageons d’employer le savoir-faire propre de l’entreprise pour développer de nouvelles gammes de produits dans les domaines de la beauté, de la santé, du bien-être et du sport. Lytess proposera ainsi bientôt des masques anti-âge faits de matières innovantes et tirant avantage de la micro-encapsulation pour diffuser des principes actifs dans la peau du porteur. Nous allons aussi mettre sur le marché des produits chargés en actifs veinotoniques pour soulager les jambes lourdes, ou encore des jambières et coudières légèrement compressives et capables de diffuser de l’arnica.

Vous fabriquez pour de grandes marques du secteur en parallèle du développement de votre propre griffe. Comment gérez-vous cette cohabitation ?

Nous avons en effet un partenariat historique avec le groupe L’Oréal. Nous concevons et fabriquons depuis plusieurs années des produits cosméto-textiles exclusifs pour ses marques Mixa, Garnier, Biotherm, CCB, et d’autres. Pour Lytess, ce partenariat est très bénéfique et constitue un défi intéressant qui pousse l’entreprise à innover. D’autant que les produits vendus par L’Oréal sont différents des produits vendus par Lytess et passent par des circuits de distribution différents. Les produits L’Oréal sont vendus en grandes surfaces agroalimentaires, tandis que nos produits sont distribués en pharmacie. Il n’y a donc pas de concurrence directe.

En homme de mode que vous êtes, considérez-vous que vos produits peuvent réellement constituer une nouvelle catégorie pérenne du secteur ?

Absolument, et plusieurs constats de fonds nous invitent à le penser. Rien qu’aujourd’hui par exemple, les cosmeto-textiles représentent aujourd’hui en France 20 % du marché des produits Minceur, tous produits confondus. Cet engouement n’est pas propre à la France. Il suffit de voir l’intérêt que suscitent les textiles micro-encapsulés en Europe, aux Etats-Unis et bien sûr en Asie où ils sont encore peu répandus. Toutes ces zones sont activement prospectées par Lytess qui compte bien doubler son chiffre d’affaires dans les 3 prochaines années.

C’est un objectif ambitieux, mais porté par la confiance que nous avons dans une innovation textile dont les applications sont multiples et le potentiel désormais parfaitement maîtrisé. La micro-encapsulation permet aujourd’hui de contrôler la diffusion d’un produit par le biais d’un tissu de manière très précise dans le temps, mais également sur la surface du tissu. Les possibilités d’innovation sont importantes bien au-delà du seul marché de la minceur. Et Lytess entend bien exploiter ces possibilités pour confirmer son leadership international.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook