Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Italie : le fisc demande à Google de lui payer 200 millions d'euros





Le 28 Janvier 2016, par

Si les enquêtes sur l'optimisation fiscale des grandes entreprises en Europe continuent au sein de la Commission Européenne, chaque fisc de chaque pays membre mène la sienne. L'Italie semble avoir conclu sa propre enquête et aurait notifié à Google un montant à payer. Un montant qui est supérieur à ce qu'attendu.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Google fait partie des multinationales attaquées pour leur optimisation fiscale partout en Europe. Le groupe a accepté de payer, en janvier 2016, plus de 130 millions d'euros d'impôts au Royaume-Uni dans le cadre d'une enquête du fisc. Cette fois ce serait l'Italie qui demande des comptes au géant de Mountain View.

Ce jeudi 28 janvier 2016 le groupe américain devrait recevoir de la part du fisc la notification qu'il doit s'acquitter de la somme de 227,5 millions d'euros d'impôts impayés. 100 millions d'euros en royalties et 100 millions d'euros d'impôts sur des revenus non déclarés auxquels s'ajoute ta taxe sur les sociétés qui est de 27,5% en Italie.

Cette décision est la seconde de ce type. En décembre 2015 c'était au tour d'Apple de passer à la caisse. La filiale italienne de la firme de Cupertino avait alors accepté de payer 300 millions d'euros dans le cadre de l'enquête du fisc sur ses montages. Une décision qui avait redonné espoir aux fiscs des pays membres de l'Union Européenne puisqu'il s'agit du premier accord de ce type auquel se pliait une multinationale américaine du secteur de la high-tech.

Ce nouvel accord fiscal en Europe survient alors que la Commission Européenne devrait rendre son verdict dans la grosse enquête contre Apple dès le mois de février 2016. Une enquête qui pourrait se solder par une amende de plusieurs milliards de dollars selon certaines estimations.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook