Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’euro a eu un effet de modération sur les prix





Le 24 Mai 2017, par

C’est une idée reçue tenace qui vient d’être définitivement balayée par une étude de l’Insee. Non, l’euro n’a pas provoqué de hausse des prix extravagante. Au contraire !


Selon l’Insee, de 2002 — année de lancement de la monnaie unique — à 2016, les prix à la consommation ont augmenté en moyenne de 1,4% par an. L’inflation durant cette période a été moindre que celle mesurée durant les quinze années précédentes qui était en moyenne de 2,1% entre 1986 et 2001. Le discours populiste voulant que l’euro a fait exploser les prix est donc complètement faux.

De plus, la monnaie unique a eu un effet « lissant » sur l’inflation. La hausse des prix n’a dépassé les 2% qu’à quatre reprises depuis 2002, à savoir en 2003, 2004, 2008 et 2011, et encore il s’agissait surtout d’une progression en lien avec des causes « bien identifiées » à l’instar des conditions météo qui ont un impact sur le prix des produits frais, des décisions liées à la santé publique comme la hausse des prix du tabac, ou encore la progression des prix de l’énergie.

L’Insee explique que la perception négative que peuvent avoir les ménages et la réalité est liée à une référence à un panier de produits propre aux consommateurs, et non pas celui mesuré par l’institut de statistiques. De plus, les ménages retiendraient surtout en tête la hausse des prix sur certaines denrées, sans prendre en compte les baisses sur d’autres produits.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : euro

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook