Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La Grande-Bretagne se rêve en leader mondial du libre-échange





Le 4 Septembre 2016, par

Theresa May, la nouvelle Première ministre britannique, va devoir expliquer à ses pairs du G20 pourquoi la Grande-Bretagne a décidé de quitter l'Union européenne, et surtout comment le pays compte se positionner sur l'échiquier mondial.


C'est l'épreuve du feu pour Theresa May, nommée au 10, Downing Street après la démission de David Cameron. C'est une des nombreuses conséquences du Brexit, et c'est désormais elle qui doit en porter le poids sur les épaules. En partance pour le G20 de Hangzhou, en Chine, elle a esquissé un argumentaire à destination des chefs d'État et de gouvernement.

Theresa May veut faire de la Grande-Bretagne un "leader mondial du libre échange". Le pays est "ouvert pour les affaires" ("open for business"), comme il l'a toujours été, mais encore plus depuis le résultat du référendum. "Je parlerai aux autres dirigeants internationaux des opportunités commerciales qui s'ouvriront à travers le monde entier pour le Royaume-Uni après le Brexit", a-t-elle ajouté.

La première étape sera d'amplifier les liens entre la Grande-Bretagne et la Chine, ce que May s'évertuera à faire en rencontrant le président chinois Xi. La Première ministre veut rien de moins que de mettre sur pied un "âge d'or dans les relations sino-britanniques".


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »
















Rss
Twitter
Facebook