Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La rigueur en Arabie saoudite





Le 6 Septembre 2016, par

L'Arabie saoudite n'a plus les moyens de ses folles ambitions. Le pays, frappé de plein fouet par la baisse du prix du pétrole, doit réduire la voilure sous peine de creuser son déficit.


On a peine à le croire alors que le pays n'a habituellement pas ce genre de problème, mais la réalité est là : l'Arabie saoudite a gelé une vingtaine de milliards d'investissements pour des projets de construction et d'infrastructures. Voilà qui marque un coup d'arrêt dans le gigantisme des projets immobiliers du royaume.

Bloomberg rapporte également que Ryad cherche à réduire les budgets des ministères de 25%. Une telle coupe claire va aboutir à la fusion de plusieurs portefeuilles ; on parle même de suppression pour certains ministères. Le vice-prince héritier, Mohammed ben Salma, va mettre en place un programme de réformes volontaristes dans l'appareil de l'État, ainsi que des coupes dans les subventions et des hausses pour certaines taxes. 

Mais il a aussi l'ambition de réduire le poids de l'or noir dans l'économie saoudienne. La moindre baisse du pétrole a un impact direct sur les comptes du pays. En 2015, l'Arabie saoudite a affiché un déficit budgétaire de pratiquement 100 milliards de dollars, ce qui représente 16% du PIB du pays ! 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : pétrole

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"
















Rss
Twitter
Facebook