Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Saint-Nazaire : un seul repreneur pour les chantiers





Le 27 Décembre 2016, par

Il n’y a qu’un seul candidat à la reprise des chantiers navals de Saint-Nazaire, opérés par STX France, filiale du groupe sud coréen STX Offshore and Building. Et ce repreneur, un industriel du secteur comme le souhaitait l’État français, devrait être le concurrent Fincantieri.


L’entreprise italienne, principal concurrent des chantiers navals de Saint-Nazaire, compte 20 chantiers dans le monde et elle emploie près de 20 000 personnes. Selon Ouest France, le PDG de Fincantieri a rencontré le secrétaire d’État à l’Industrie le 22 décembre pour évoquer cette reprise. Sur le papier, le groupe a tout pour séduire l’État, qui possède un tiers du capital de STX France.

Fincantieri est en effet un industriel du secteur, « fiable » et « européen ». Et c’est le seul qui a déposé une offre de reprise auprès du tribunal de commerce de Séoul qui gère le dossier. La justice coréenne donnera son verdict le 3 janvier. On saura si les chantiers de Saint-Nazaire vogueront sous pavillon italien à cette date.

L’enjeu est de taille, les chantiers navals français étant la seule branche rentable du groupe coréen. Et ils engrangent des commandes toujours plus importantes : les dernières représentaient 4 milliards d’euros et des millions d’heures de travail. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : STX France

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"