Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Saint-Nazaire : un seul repreneur pour les chantiers





Le 27 Décembre 2016, par

Il n’y a qu’un seul candidat à la reprise des chantiers navals de Saint-Nazaire, opérés par STX France, filiale du groupe sud coréen STX Offshore and Building. Et ce repreneur, un industriel du secteur comme le souhaitait l’État français, devrait être le concurrent Fincantieri.


L’entreprise italienne, principal concurrent des chantiers navals de Saint-Nazaire, compte 20 chantiers dans le monde et elle emploie près de 20 000 personnes. Selon Ouest France, le PDG de Fincantieri a rencontré le secrétaire d’État à l’Industrie le 22 décembre pour évoquer cette reprise. Sur le papier, le groupe a tout pour séduire l’État, qui possède un tiers du capital de STX France.

Fincantieri est en effet un industriel du secteur, « fiable » et « européen ». Et c’est le seul qui a déposé une offre de reprise auprès du tribunal de commerce de Séoul qui gère le dossier. La justice coréenne donnera son verdict le 3 janvier. On saura si les chantiers de Saint-Nazaire vogueront sous pavillon italien à cette date.

L’enjeu est de taille, les chantiers navals français étant la seule branche rentable du groupe coréen. Et ils engrangent des commandes toujours plus importantes : les dernières représentaient 4 milliards d’euros et des millions d’heures de travail. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : STX France

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »
















Rss
Twitter
Facebook