Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ségolène Royal veut mettre fin à la commercialisation en vente libre du Roundup





Le 15 Juin 2015, par

Le Roundup n’est plus en odeur de sainteté auprès du ministère de l’Écologie. Ségolène Royal a exprimé ce dimanche 14 juin son souhait de voir le produit, bien connu des jardiniers, ne plus être vendu dans les jardineries.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Le glyphosate, élément actif du pesticide, a en effet été jugé cancérigène par Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de Lyon. Le Roundup est depuis quelques jours au centre de la controverse,  l’association de consommateurs CLCV en ayant exigé l’arrêt de la vente en libre service.

La ministre de l’Écologie a entendu cet appel, même si elle n’a pas donné de plus amples détails sur la manière dont elle comptait procéder pour interdire à la vente publique ce produit désormais considéré comme dangereux.

Ségolène Royal et Stéphane Le Foll, son homologue de l’Agriculture, ont diffusé jeudi dernier un communiqué commun dans lequel ils souhaitent limiter l’accès, à partir du 1er janvier 2018, des produits phytosanitaires aux jardiniers du dimanche. Cette vente ne pourra se faire que par l’intermédiaire de vendeurs certifiés.

Du côté de Monsanto, qui fabrique ce produit, on se tient prêt à collaborer avec les autorités.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : monsanto

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"
















Rss
Twitter
Facebook