Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Stress test : les banques françaises résistent à la torture européenne





Le 27 Octobre 2014, par

La Banque centrale européenne a procédé à sa batterie de stress tests auprès des banques européennes. Le résultat est plutôt encourageant même si certains établissements devront améliorer leurs fonds propres.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Ces tests de torture ont été menés afin d’éprouver la solidité financière des banques européennes, tandis que la BCE doit superviser l’ensemble à partir du 4 novembre; il s’agit donc là d’un processus nécessaire pour s’assurer qu’en cas de gros coup de vent, le milieu bancaire européen a les reins suffisamment solides pour tenir le coup.

Ce sera heureusement le cas de la majorité des 130 banques passées au tamis de la BCE. 25 établissements ont montré de sérieux signes de faiblesse à l’occasion de cette session de torture. Afin qu’ils soient au niveau des attentes de la BCE, ils devront être refinancés à hauteur de 25 milliards d’euros, estime t-on à Francfort.

Du côté français, il n’y a aucune crainte en particulier à avoir. Les 13 banques testées n’ont pas montré de défaillance, exception faite de la Caisse de refinancement de l'habitat (CRH) qui ne possédait pas un ratio de fonds propres suffisants pour tenir le choc. Il faut dire que la BCE a procédé à ses tests en partant des comptes des banques arrêtés fin 2013, or la CRH a depuis levé des fonds pour augmenter son ratio. Celui-ci est de 9%, soit au-dessus du minimum fixé par la BCE qui est de 8%.

Dans l’ensemble, les banques européennes ont donc bien résisté. Dans le scénario économique le plus pessimiste, leurs ratios se sont montrés suffisamment solides pour ne pas mettre en péril leur existence et donc, la solidité de l’économie.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : banque, bec

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook