Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Inflation : l’industrie agroalimentaire sous pression pour renégocier les prix





Le 6 Juin 2023, par Paolo Garoscio

Face à une inflation alimentaire persistante, dépassant encore 10% en mai 2023, le gouvernement français, secondé par les distributeurs, met la pression sur les industriels de l'agroalimentaire pour qu'ils renégocient les prix. Ces derniers se montrent cependant réticents, malgré les menaces de sanctions publiques.


Inflation alimentaire record : le rôle des industriels

Selon l'Insee, l'inflation du secteur alimentaire atteignait 14,1% fin mai 2023, loin devant la moyenne générale de 5%. Les produits alimentaires sont donc le principal moteur de l'inflation en France, et ce depuis plusieurs mois. Le gouvernement avait donc appelé les industriels de l'agroalimentaire à renégocier les prix pour les faire baisser. Mais il semblerait que ces derniers tardent à le faire, suscitant l'irritation du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.

Le 5 juin 2023, Bruno Le Maire a clairement exprimé son mécontentement sur France 5 : « Certaines grandes multinationales industrielles jouent la montre, je ne suis pas idiot. » Il a précisé que seules deux ou trois des 75 grandes entreprises de l'agroalimentaire avaient jusqu'à présent entamé le processus de renégociation des prix.

Le secteur de la distribution rejoint l'appel du gouvernement

  Les distributeurs aussi déplorent l'inaction des industriels. Dominique Schelcher, PDG de Système U, et Michel Biero, à la tête de Lidl France, ont confirmé que les négociations étaient pour l'instant peu fréquentes, voire inexistantes. Selon Michel Biero, seules deux entreprises ont confirmé leur volonté de renégocier les prix, tandis que la majorité n'a pas répondu aux appels de Système U, laissant peu de doute sur l'absence de progrès significatifs.

Pour lutter contre cette situation, Bruno Le Maire a annoncé une prolongation du "trimestre anti-inflation", initialement prévu jusqu'en juin 2023, mais qui durera jusqu'à la fin de l'année. En outre, le ministre menace de publier la liste des industriels de l'agroalimentaire qui refusent de renégocier les prix d'ici la fin juin 2023. Et, en plus de cette humiliation publique, une taxe exceptionnelle pourrait être envisagée dans la loi de finances 2024.

 






1.Posté par Adrien le 07/06/2023 18:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On ne peut que féliciter Bruno LE MAIRE, malgré tout le reste.

En attendant, on constate encore que le problème c'est pas forcément les politiques.

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook