Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Archos : de l'argent européen pour son réseau domotique





Le 11 Avril 2016, par

Archos, vétéran français de l'électronique grand public, a reçu un coup de pouce non négligeable de la banque européenne d’investissement (BEI) pour financer le développement d'un réseau innovant pour les objets connectés.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
L'intuition d'Henri Crohas, fondateur de l'entreprise et désormais président d'Archos, est d'exploiter les basses fréquences, que l'on utilise sans vraiment le savoir, comme par exemple pour ouvrir les parkings. Ce réseau peut aussi être utilisé pour connecter toutes sortes d'objets : l'un des avantages de ces basses fréquences est qu'elles consomment très peu, tout en portant des informations sur une longue distance.

Archos n'est pas seul sur ce marché. En France, Sigfox est aussi sur le coup, et des opérateurs sont également sur les rangs. L'aide financière de la BEI, qui injecte 12 millions d'euros au sein d'Archos, va permettre au constructeur de se différencier franchement de la concurrence : au lieu d'utiliser des antennes, la technologie d'Archos passe par des prises électriques, sur lesquelles ont branche des bornes.

Cette solution a l'avantage d'être extrêmement abordable : la couverture du territoire français revient à… 300 000 euros seulement, contre 3 millions pour Sigfox. Archos lancerait aussi des produits connectés histoire de boucler la boucle.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : archos

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »
















Rss
Twitter
Facebook