Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bernard Tapie condamné à reverser 404 millions d'euros





Le 3 Décembre 2015, par

La somme est extravagante : Bernard Tapie a été condamné à verser 404 millions d'euros dans l'affaire qui l'oppose au Crédit Lyonnais et à l'État. Une somme qui lui avait été versée en 2008 pour régler ce même contentieux…


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
À l'origine, il y a l'affaire de la revente d'Adidas. En 1993, l'homme d'affaires vend la marque aux trois bandes 2 milliards de francs. L'année suivante, la même entreprise est estimée deux fois plus cher. Bernard Tapie estime que c'est sa banque, le Crédit Lyonnais (mandaté par l'intéressé pour la vente d'Adidas), qui l'a floué : la banque aurait sous-estimé la valeur de la société, dont elle détenait par ailleurs 19%.

En 2008, après des années de contentieux, Bernard Tapie obtient du tribunal arbitral la condamnation du CDR (le Consortium chargé de liquider les actifs du Crédit Lyonnais) et les 404 millions d'euros qui vont avec. Seulement voilà : un des juges arbitraux avaient des liens avec l'avocat de Bernard Tapie… Ces trois-là ont été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, une affaire dans l'affaire qui suit son cours.

La Cour d’appel de Paris a jugé irrecevables les demandes de Tapie : le Crédit Lyonnais n'a pas commis les fautes reprochés et le prix d'Adidas en 1993 correspondait à la valeur réelle à la date de cession. Enfin, Bernard Tapie et son conseil disposaient, cette année là, des mêmes éléments d'informations que le Crédit Lyonnais. Et notamment les éléments liés à la bonne santé de l'entreprise.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"
















Rss
Twitter
Facebook