Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : Theresa May espère obtenir un accès au marché commun





Le 8 Janvier 2017, par

Depuis le 23 juin et le vote britannique pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, il règne un certain flou du côté de Londres sur les modalités de ce divorce. Theresa May, la première Ministre, a voulu balayer les doutes, sans donner guère de précision toutefois.


L’entrevue donnée à la chaîne Sky par Theresa May intervient dans un contexte bien particulier : Ivan Rogers, l’ambassadeur du Royaume-Uni pour l’Union européenne, a démissionné avec pertes et fracas. Ce dernier estime en effet que la confusion règne à Londres autour du Brexit. Plutôt embêtant, alors que la première Ministre doit activer en mars l’article 50 du traité de Lisbonne, celui-là même qui doit lancer le cycle de négociations entre le pays et l’UE.

Theresa May a assuré qu’il n’y avait aucune confusion, mais qu’il faut au gouvernement un peu de temps pour faire face à des « questions complexes ». La première Ministre entend donner la priorité au contrôle des frontières et à la souveraineté du Royaume-Uni en termes législatifs. C’était le message envoyé par les électeurs lors du référendum.

Mais il faut ménager la chèvre et le chou : les entreprises du pays réclament de conserver un accès libre au marché commun européen. Une gageure, car cet accès est conditionné à la libre circulation des personnes au sein de l’espace européen… Theresa May espère pouvoir négocier avec Bruxelles pour « continuer à commercer avec et à l’intérieur de l’Union européenne ». Les négociateurs européens ne seront sans doute pas particulièrement enclins à accommoder les besoins de l’économie britannique.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?