Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Départ de Philippe Varin : le MEDEF se saisit de l’affaire





Le 27 Novembre 2013

Le Haut comité de gouvernement d’entreprise, l’instance déontologique de l’organisation patronale s’est déclaré, le mercredi 27 novembre en cours « d’auto-saisie » suite aux révélations faites par la CGT à propos de l’indemnité de départ accordée par le groupe PSA à Philippe Varin, PDG sur le départ.


21 millions d’euros

crédit: MEDEF
crédit: MEDEF
"Le Haut-Comité de gouvernement d'entreprise est en cours d'auto-saisine #Varin #PSA". C’est par ces mots que l’instance du MEDEF a réagi sur Twitter à la polémique suscitée le même jour par la retraite-chapeau de 21 millions d’euros qu’aurait prévue le groupe automobile français. Après cinq moins de cinq années passées à la tête du groupe, cette annonce a suscité une vive émotion de tous les côté de l’échiquier politique, mais aussi et surtout chez salariés de PSA, alors même que le groupe achève péniblement des négociations salariale en vue de préserver les emplois en France. Soucieux d’apaiser la situation, M. Varin a précisé qu’il s’agissait d’une retraite complémentaire de 300 000 euros net par an sur une durée de 25 ans, et a annoncé par ailleurs qu’il attendait que la commission du MEDEF statue sur son cas avant de prendre une quelconque décision, et affirme qu’il ne touchera « pas un centime qui ne serait pas conforme à son avis ».

PSA dans la tourmente

De son côté, le MEDEF n’a pas souhaité commenter l’affaire. L’instance  dont il est question a été créée très récemment, en octobre, suite de la révision du code Afep-MEDEF de gouvernement des entreprises. En outre, ses statuts prévoient qu’elle est en mesure de s’auto-saisir « lorsqu'une société n'applique pas une recommandation sans explication suffisante ». Le Haut Comité est présidé par Denis Ranque, Président du Conseil d’Administration d’EADS. De son côté, le groupe PSA, tout en ne cherchant aucunement à démentir sur le fond, a toutefois souligné dans un communiqué du même jour que « le régime de retraite d'entreprise du Groupe, conforme aux recommandations du Code de gouvernement d'entreprise Afep-MEDEF, a été approuvé par l'Assemblée Générale des actionnaires ». Au moment où PSA entame un plan de restructuration qui concerne 11 000 emplois, et s’apprête à fermer le site d’Aulnay, le bilan de Philippe Varin à la tête de PSA ne convainc pas. Et alors que l’Etat assure près de 7 milliards d’euros à la filiale bancaire du groupe en vue d’un partenariat avec le groupe chinois Dongfeng, cette révélation fait bel et bien désordre.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook