Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Donald Sterling renonce à vendre les Clippers et attaque la NBA





Le 10 Juin 2014, par

Le plus gros rachat de l’histoire de la NBA n’aura finalement pas lieu, en tout cas pas encore. Donald Sterling, au centre d’un scandale pour racisme à la suite de propos contre les noirs, a annoncé renoncer à la vente de son équipe de basket, les Los Angeles Clippers, après que la NBA l’ait exclu à vie de la ligue. Au contraire : finalement Sterling va porter plainte.


cc/Flickr/derrich
cc/Flickr/derrich
Ce devait être le plus gros rachat de l’histoire de la NBA et le second plus gros rachat d’une équipe nord-américaine : Steve Ballmer, ancien PDG de Microsoft qui a récemment pris sa retraite, avait mis sur la table 2 milliards de dollars pour prendre possession de l’équipe des Los Angeles Clippers. Et tout semblait être décidé.
 
Finalement, il n’en sera rien, car le milliardaire David Sterling, propriétaire de l’équipe, a changé d’avis. Et probablement la faute en revient au patron de la NBA, Adam Silver.
 
Sterling devait vendre les Clippers après avoir été banni de la NBA à la suite de propos racistes. Un scandale qui s’était également accompagné d’une amende de 2,5 millions de dollars à l’encontre du milliardaire. Et ce pourrait être cette amende qui a tout fait changer.
 
A la suite de l’annonce de la vente quasiment signée et réalisée par sa femme, Shelly, David Sterling espérait que le patron de la NBA allait renoncer à l’amende qu’il lui avait infligée. Mais Adam Silver est resté ferme sur la question, ce qui n’a pas dû plaire au milliardaire américain.
 
De fait, donc, il contre-attaque et s’en prend directement à la NBA. L’avocat de Donald Sterling a annoncé que son client renonçait à la vente et allait porter plainte contre la NBA en lui réclamant 1 milliard de dollars de dommages.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook