Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

En Inde, les Rafale ont du mal à décoller





Le 25 Janvier 2016, par

Alors qu'on ne donnait pas cher du contrat des 36 Rafale que la délégation française, menée par François Hollande, devait signer avec l'Inde durant sa visite officielle, voilà que New Delhi donne l'impression de tergiverser.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Entamées depuis janvier 2012, les discussions entre Paris et Neh Delhi pour l'équipement militaire indien n'ont cessé d'évoluer. Désormais, il est acquis que le pays veut acquérir 36 Rafale pour un montant qui tourne autour des 5 milliards d'euros. Un joli contrat pour le consortium Dassault, Thales et Safran, mais l'affaire est loin d'être dans le sac.

Le président de la République espérait arracher le contrat durant sa visite officielle dans le pays, mais les choses ne se sont pas déroulées comme la délégation française l'attendait. Ce lundi 25 janvier, on apprend en effet que les deux pays ont signé un « accord intergouvernemental », qui rapproche les avions de combat des bases indiennes… mais sans encore en fixer le prix.

« Seuls les aspects financiers restent à discuter », explique le Premier ministre indien Narendra Modi, qui annonce, optimiste, que « ce sera terminé rapidement ». La présidence de la République a enchéri, évoquant une finalisation « dans quelques jours ». Enfin, Dassault préfère lui évoquer une fenêtre, sans doute plus réaliste, de « quatre semaines ». Bref, c'est encore le flou le plus total sur cette transaction.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : rafale

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »
















Rss
Twitter
Facebook