Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Facebook accusé de récolter des informations personnelles dans les messages privés





Le 3 Janvier 2014, par

Une plainte contre Facebook a été déposée en ce début de janvier 2014 après la publication, de la part d’un cabinet indépendant, d’une étude semblant montrer que le principal réseau social du monde utilise des données récoltées dans les messages privés de ses utilisateurs pour les partager avec ses annonceurs et d’autres services.


cc/flickr/Thos003
cc/flickr/Thos003
Ce n’est pas la première fois que l’entreprise fondée par Mark Zuckerberg doit faire face à des critiques concernant ses conditions d’utilisation. D’autant plus que, depuis le scandale de la NSA révélé par Edward Snowden, la question de l’espionnage de l’activité des internautes est devenue un véritable enjeu médiatique.

Cette fois, d’après la plainte déposée en tant que Class Action par de nombreux internautes, Facebook utiliserait les messages privés envoyés entre ses utilisateurs pour collecter des données à caractère personnel, notamment au travers des liens que peuvent s’échanger les internautes.

Selon l’étude, à chaque fois qu’un lien est envoyé d’un utilisateur à un autre, Facebook le scanne et scanne la page vers lequel il pointe. Une manière de collecter des données telles que des affinités musicales et autres. Des données qui servent ensuite à Facebook pour proposer, entre autres, des publicités mieux ciblées.

Mais pour les plaignants, le problème réside dans le caractère « personnel » des messages privés. Les données ainsi collectées peuvent en effet sortir du cadre de ce que les utilisateurs estiment vouloir rendre public et sont impossibles à obtenir par d’autres agrégateurs de données privées ou d’autres sites.

Facebook prévient toutefois, dans ses conditions d’utilisation, que le site se permet de scanner le contenu des messages privés de ses utilisateurs « pour des raisons non liées à une facilitation de la transmission du message ».

Mais cela n’est pas suffisant pour les plaignants qui demandent compensation. Dans la plainte, ils demandent à Facebook soit 100 dollars par jour pendant lequel il y a eu au moins une violation de vie privée, soit un forfait de 10 000 dollars par personne.

Facebook estime, de son côté que ces allégations sont sans fondement et a déjà prévenu qu’elle allait « se défendre vigoureusement ».


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook