Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

IBM supprime 345 postes en France





Le 13 Mai 2015, par

IBM poursuit sa restructuration en France. Le groupe de services informatiques a annoncé aujourd’hui, durant un comité central d’entreprise extraordinaire, son intention de mettre en place un plan de départs volontaires.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Dans le viseur de la branche française du géant américain, la suppression de 345 postes d’ici le mois d’octobre. La direction a confirmé ce plan et tient à en souligner le caractère volontaire. Les départs s’appuieront « essentiellement » sur un dispositif touchant les employés en fin de carrière. Un porte-parole d’IBM France veut aussi rassurer : il n’est pas question de licenciement sec. 

L’entreprise connait des résultats plutôt difficiles, mais elle cherche aussi à embaucher de jeunes recrues ces trois prochaines années, qui compenseront un peu les départs volontaires. Ces derniers ne seront d’ailleurs pas laissés sur le bord du chemin : IBM veut les faire bénéficier de bonnes conditions de départ, tout en voulant offrir à ceux qui décident de rester de bonnes conditions de travail.

Il y a un an, la société dévoilait un autre plan de départs. Les effectifs d’IBM en France sont de 9 000 collaborateurs, alors qu’ils étaient 26 000 à la fin des années 90. La CGT a qualifié ce nouveau plan de « poursuite accélérée des destructions d'emplois ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : ibm

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook