Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Japan Tobbaco lance sa cigarette électronique.. avec du tabac





Le 16 Avril 2014, par

Trois ans déjà que les e-cigarettes déferlent sur l'Europe, et que les boutiques ouvrent à tous les coins de rue, proposant des cigarettes électroniques made in China. Les cigarettiers, qui sentent la fumée tourner, lancent la contre-offensive.


Une vaporeuse avec son e-cigarette. Succombera-t-elle demain à la Ploom, chauffant du vrai tabac et non de la glycérine aromatisée à la nicotine ?
Une vaporeuse avec son e-cigarette. Succombera-t-elle demain à la Ploom, chauffant du vrai tabac et non de la glycérine aromatisée à la nicotine ?
Un croisement d'Apple et de Nespresso. La cigarette électronique de Japan Tobbaco - le fabricant des cigarettes Winston ou Camel) a été lancée mardi en France sous la marque Ploom, quelques mois après l'Italie. Ploom adopte un design résolument calqué sur le design des produits d'Apple, jusque dans l'emballage de la boîte qui contient la cigarette électronique. Et pour le consommable, de petites capsules en aluminium contenant du tabac qui ressemblent fortement à des capsules de café Nespresso, mais en version Playmobil. Capsules commercialisées sous la marque... Camel ou Winston, afin de jouer sur la fidélisation client.

Le pari de Japan Tobbaco est évidemment de couper l'herbe sous le pied des e-cigarettes qui fonctionnent, elles, avec un liquide à la glycérine contenant de la nicotine et des arômes. Utilisant du vrai tabac, qui n'est plus brûlé mais simplement chauffé dans la cigarette électronique, Ploom est présentée comme nettement moins nocives que la cigarette traditionnelle. On parle d'une réduction des risques liées à la consommation de tabac réduits de 90 %.

Tout l'enjeu pour Japan Tobbaco, et pour ses concurrents qui sont également dans les starting blocks avec leurs propres cigarettes électroniques à tabac véritable, est de convaincre les fumeurs qui ont arrêté de fumer pour vapoter de tester leurs produits. L'argument massue, le goût et les sensations, en particulier le fameux "hit" en gorge, obtenu lors des premières bouffées, et que la cigarette électronique à glycérine ne procure pas. 

L'obstacle majeur : le prix. Les cigarettes électroniques actuellement sur le marché ne consommant pas du tabac, ne sont soumises à aucune taxe, quand les cartouches de tabac véritables de la Ploom sont elles soumises aux mêmes taxes que les cigarettes traditionnelles. Ainsi, la Ploom est-elle vendue autour de 30 euros, comme les cigarettes électroniques traditionnelles, mais les recharges sont vendues 6 euros ,contenant 12 capsules, équivalant à 24 cigarettes.  Les recharges des cigarettes électroniques peuvent se trouver à moins de quatre euros, et permettent de vapoter au moins une centaine de fois.

Au final, ce sont les consommateurs amateurs de tabac qui trancheront. Si le goût et les sensations procurées par la cigarette Ploom surpassent les vaporettes, il est probable que Japan Tobbaco et ses concurrents cigarettiers récupèrent une part significative du marché de la cigarette électronique.

Reste une question : quid des conséquences en terme de santé publique ? On attend des études approfondies pour réellement savoir si la cigarette électronique sous toutes ses formes est aussi vertueuse - car réputée peu nocive - qu'on le dit..


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook