Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La CGT milite pour la semaine de 32 heures





Le 15 Octobre 2015, par

Les 35 heures n'ont plus la cote, c'est le moins qu'on puisse dire. La mesure mise en place par le gouvernement Jospin en 2000 a du plomb dans l'aile. Si l'opposition a, à de nombreuses reprises, appelé à son abrogation (sans rien en faire une fois au pouvoir), c'est désormais au tour du gouvernement actuel de le détricoter sous la pression du patronat, farouche opposant au dispositif.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Mais il s'en trouve toujours beaucoup à défendre cette mesure de « progrès social », qui a vu la mise en place des emblématiques RTT. Parmi ceux-là, on trouve la CGT et singulièrement son patron de fraîche date, Philippe Martinez. Ce dernier n'hésite jamais à faire la promotion de la semaine de… 32 heures.

Et ça n'est pas innocent. D'après Martinez, il serait possible de créer 2 millions d'emplois supplémentaires en basculant à la semaine de 32 heures. Il ajoute qu'il souhaite aussi obtenir la même chose au niveau européen afin de mettre à mal le dumping social. La Centrale a fait ses comptes : les 35 heures ont permis de créer 320 000 postes directs, mais si le dispositif s'appliquait de manière stricte, il créerait 2 millions d'emplois.

Et la semaine de 32 heures en ajouterait 2 millions de plus ! Et les baisses de salaire ? Que nenni. Les patrons seraient même encouragés à augmenter les rémunérations s'ils souhaitent conserver leurs salariés dans un marché de l'emploi devenu extrêmement difficile pour les employeurs… La CGT va vendre cette mesure, mais dans la situation actuelle, on voit mal quel gouvernement voudrait en faire son étendard.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : cgt

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook