Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La durée de validité des chèques baisse de moitié





Le 12 Juin 2016, par

Les chèques ont-ils fait leur temps ? À l'heure des paiements mobiles sans contacts et autres monnaies décentralisées, le bon vieux carnet de chèque à signer à la main conserve ses adeptes... mais ils sont de moins en moins nombreux !


Et les députés ont planté un nouveau clou dans le cercueil des chèques. Dans le cadre de la loi Sapin II, ils ont en effet voté pour un article de loi réduisant la date de validité des chèques bancaires, qui passe de un an à six mois. Il ne faudra donc pas attendre pour encaisser un chèque, au risque d'une mauvaise surprise.

Le gouvernement et les députés veulent encourager l'utilisation de moyens de paiement alternatifs, mieux sécurisés, plus rapides et moins coûteux. Les chèques sont en effet susceptibles d'être perdus ou... d'être en bois ! Les commerçants sont de plus en plus nombreux à les refuser. L'entrée en vigueur de ce nouveau dispositif est prévue pour le 1er juillet 2017 : les adeptes de ce moyen de paiement on une année pour se faire à l'idée. 

Mais si le chèque ne disparaitra pas, il est tout de même de moins en moins utilisé. En 2013, 14% des paiements scripturaux provenaient des chèques, ce qui représente 1,3 milliard d'euros. C'est peu au vu de la masse monétaire qui transitent chaque année par virements, cartes ou prélèvements. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : chèque


1.Posté par Professeur le 13/06/2016 01:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"En 2013, 14% des paiements scripturaux provenaient des chèques, ce qui représente 1,3 milliard d'euros."

C'est un stagiaire qui écrit cette blague ? Même un enfant de 5 ans ce rendrait compte que les chiffres ne collent pas. JournalDeLeconomie de journalistes économiques.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook